Malgré un succès croissant, l’efficacité de l’isolant mince continue de faire débat. Si certains louent ses performances, d’autres invoquent ses faiblesses récurrentes. Ainsi, avant de voir le prix de ce type d’isolant, il convient de connaître les caractéristiques, les performances et les lacunes de l’isolant mince.

Demandez gratuitement des devis pour vos travaux d’isolation

Principe de l’isolant mince

Le pouvoir isolant d’une matière se définit par sa résistance thermique, généralement fonction de l’épaisseur et de la densité. L’isolant mince, lui, fonctionne différemment.

Isolant mince : un isolant multicouche

L’innovation de l’isolation mince réside dans une technique particulière. Un isolant mince est constitué de plusieurs couches de matières isolantes. Il s’agit généralement de matières légères telles que la mousse, le polyéthylène et les feutres. Ces couches sont ensuite enveloppées de film en aluminium.

Isolant mince : un isolant réfléchissant

Une couche de feuilles d’aluminium enveloppe les isolants. Ce film en aluminium permet de réfléchir les rayonnements et de limiter l’interaction calorifique entre les deux faces de l’isolant. L’isolant mince fonctionne de manière réversible. En été, l’isolant réfléchissant renvoie la chaleur provenant de l’extérieur. En hiver, il bloque le froid de l’extérieur tout en empêchant la chaleur intérieure de s’échapper.

Performances de l’isolant mince

Les performances d’un isolant s’évaluent à travers sa résistance thermique. Malgré de nombreux éloges, les pouvoirs publics estiment néanmoins que l’isolant mince ne répond pas à tous les critères d’un isolant optimal.

Une résistance thermique élevée pour une épaisseur réduite

Le principal avantage de l’isolant multicouche est sa faible épaisseur. Mis en œuvre dans le cadre d’une isolation intérieure, l’isolant mince offre un gain de place important. Côté performances, les isolants minces affichent une résistance thermique de 0,1 à 2 m2K/W. Selon les fabricants, un isolant mince de 35 mm alignerait une résistance thermique équivalente à celle d’une laine de verre de 200 mm.

Remarque : cette étude a été réalisée sous l’égide du BM TRADA Certification, l’équivalent du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSBT) en Angleterre.

Un produit mince reconnu uniquement comme complément d’isolation

Les autorités françaises restent perplexes quant aux réelles performances de l’isolant mince. Selon l’ADEME et le CSBT, la résistance thermique de 2 cm d’isolant mince équivaudrait à celui d’un isolant classique de 6 cm. Ainsi, en France, l’isolant mince sert uniquement de complément d’isolation.

Conséquence : l’isolant mince doit nécessairement être renforcé par une couche d’isolant classique.

Isolant mince et isolation acoustique

L’isolation phonique démontre réellement les faiblesses de l’isolant mince. Les isolants multicouches ont une performance acoustique de 5 à 20 fois inférieure à celle d’un isolant classique. L’isolant mince nécessite, de ce fait, un renfort d’autres isolants pour atteindre un bon niveau d’isolation sonore.

Conseil : cliquez ici pour retrouver tous nos conseils et solutions anti bruit pour appartement.

Prix de l’isolant mince selon ses caractéristiques

Comme avec les autres types d’isolant, ce sont la nature des matériaux et la densité de ces derniers qui caractérisent l’isolant mince. Ce sont également ces critères qui vont faire fluctuer les prix.

Prix selon les matériaux de l’isolant mince

Le principe consiste à superposer plusieurs couches de matières isolantes enveloppées dans un film aluminium. L’isolant mince peut alors être constitué :

  • De laine minérale : c’est le type d’isolant le plus répandu et le moins cher. Le prix d’un isolant mince composé de couches de laine minérale démarre à 5 € le m2.
  • De mousses synthétiques : il s’agit de l’isolant mince à prix moyen, démarrant autour de 10 € le m2.
  • De films polyéthylènes emprisonnant des bulles d’air afin d’accroître les performances de l’isolant mince. Son prix tourne autour de 15 € le m2.
  • De feutres qui peuvent être d’origine animale ou végétale. Son prix est dans la moyenne haute, comprise entre 20 et 25 € du m2.
  • De la ouate de cellulose, un isolant naturel très cher, mais également très performant. Le prix d’un isolant mince avec de la ouate grimpe jusqu’à 30 € le m2.

Prix selon l’épaisseur de l’isolant mince

L’épaisseur des matériaux détermine le prix de l’isolant mince. De façon générale, un isolant mince fait entre 3 et 30 mm d’épaisseur. L’isolant mince est composé de 15 à 19 couches. Toutefois, le nombre de couches constitue davantage un argument commercial qu’une véritable caractéristique technique. Dans tous les cas, c’est l’épaisseur qui va déterminer les performances de l’isolant mince. Selon son épaisseur, le prix d’un isolant mince va de 5 à 30 € le m2.

Important : certains isolants minces affichent une épaisseur de 50 mm. Il s’agit néanmoins d’épaisseur libre. Tenez principalement compte de l’épaisseur compressée pour choisir un isolant mince qui n’excède pas 30 mm.

Recevez des devis 100% gratuits pour vos travaux d’isolation

Conseils d’utilisation et de pose de l’isolant mince

L’isolant mince présente des performances thermiques fortement limitées. Il n’est pas envisageable d’utiliser seul l’isolant mince. Ce dernier convient surtout à l’amélioration et à la rénovation d’une isolation existante. Soyez surtout attentif aux contre-indications.

Où poser l’isolant mince ?

Permettant un gain de place important, l’isolant mince s’utilise :

  • Pour l’isolation des sols,
  • Pour l’isolation des murs,
  • Pour l’isolation des combles.

Toutefois, il est fortement déconseillé d’utiliser l’isolant mince en écran sous-titre. En effet, l’isolant mince est un produit entièrement étanche. Il piège les vapeurs d’eau, favorisant la condensation et augmentant les risques sanitaires.

Rappel : l’isolant mince doit être renforcé par un isolant ordinaire pour atteindre les niveaux requis par la norme RT2012.

Comment poser convenablement un isolant mince ?

L’isolant mince affiche une résistance thermique maximale de 1m²/K/W. La résistance thermique de l’isolant mince peut toutefois atteindre 2m²/K/W à condition de prévoir une lame d’air immobile de part et d’autre de ses faces. Il est alors conseillé de recourir à un professionnel pour réaliser la pose de l’isolant mince afin d’accroître ses performances.

Info : la pose d’un isolant mince par un professionnel est facturée entre 30 et 50 € de l’heure.

Si les autorités d’outre-manche reconnaissent les performances de l’isolant mince, les autorités françaises appellent à la vigilance. Dans tous les cas, il est préférable d’associer l’isolant mince à un autre isolant classique pour atteindre un niveau d’isolation optimale. Pensez surtout à réaliser préalablement un bilan thermique afin de choisir l’isolant convenable.