Dernière mise à jour le : 18 août 2021 par Rénovation et travaux

La maison cubique est un peu la maison moderne par excellence, avec ses lignes géométriques et sa toiture plate. Et si faire construire une maison cubique est déjà une épreuve en soi, imaginez un peu réaliser une maison cubique en autoconstruction ! C’est pourtant le défi que se sont imposés Elodie et Jérémy, un couple installé à Orléans et qui a réalisé l’autoconstruction d’une maison cubique en 2019. Sur le compte Instagram Cubik Home, le couple présente le résultat de leur superbe aventure en autoconstruction.

Que représente le challenge de l’autoconstruction ? Comment réaliser les plans d’une maison cubique ? Quels conseils apporter aux personnes qui cherchent à construire leur maison cubique ? Élodie a accepté de nous en dire plus sur son projet d’autoconstruction, et répond à toutes nos questions sur son projet audacieux et couronné de succès !

Pourriez-vous présenter votre projet d’autoconstruction en quelques mots ?

Élodie : C’est une maison cubique que nous avons construit en 2019/2020. La maison possède une grande pièce de vie, trois chambres dont une suite parentale et une salle de jeux pour les enfants.

Pourquoi avoir conçu une maison cubique ? Quels sont les avantages (et les limites) d’une telle forme de construction ?

Élodie : C’était mon rêve. J’adore les maisons atypiques et je voulais une maison avec un style différent. Mon mari m’a suivi car pour lui ce n’était pas important : toit plat ou toit à deux pans, il n’avait pas de préférences.

Je dirais que, pour les avantages, c’est d’avoir une maison avec des décrochés, ce qui permet d’avoir un intérieur différent. Pour les limites, c’est qu’il faut être vigilant avec les toits plats : il faut que ce soit bien fait afin de n’avoir aucune filtration.

Vue dehors de la maison cubique

Vue extérieure de la maison cubique d’Élodie

Avez-vous dessiné vous-même les plans de la maison ? Combien de temps cela a-t-il pris ?

Élodie : Oui nous avons crée nous-mêmes les plans, à base d’inspirations trouvées à droite à gauche et de nos besoins au quotidien. Nous avons mis plusieurs mois avant de trouver le plan parfait… et encore : pendant la construction, nous avons modifié quelques pièces.

Quelle a été la durée de vos travaux ? Sont-ils terminés ?

Élodie : Nous avons mis un an et trois mois avec le confinement. Sans confinement, je pense que l’on aurait mis un an. Ils ne sont pas terminés car il reste les extérieurs… Et à l’intérieur, il manque deux trois détails comme des plinthes à coller ou le plan de travail de la cuisine…

Vous avez décidé de ne pas faire appel à un constructeur de maison. Avez-vous tout de même eu besoin de faire appel à des artisans, ou tout a été réalisé par vos soins ?

Élodie : Oui nous avons fait appel à quelques artisans. Un maçon pour l’élévation des murs, un étancheur pour le toit plat et ensuite un enduiseur pour le crépis. Pour le reste, c’est mon mari, la famille ou des amis.

Quels sont les avantages de l’auto-construction ?

Élodie : Clairement c’est le prix. Nous n’aurions peut-être pas pu nous offrir cette maison si nous étions passés par un constructeur ou en achat direct. Et puis l’auto-construction nous permet de choisir les bon matériaux nous-mêmes, et d’être présents à chaque étape de la construction.

Quels sont les points négatifs à construire par vous-même ?

Élodie : Le temps, la fatigue. Pendant un an et trois mois, on a mis notre vie sociale, familiale de coté. Mon mari y bossait tous les week-ends ! Moi, je gérais les enfants et le chantier comme je pouvais. C’était parfois très éprouvant. Mais si c’était à refaire, on recommence demain !

Notre équipe est tombée amoureuse de votre escalier flottant ! A-t-il été difficile à concevoir ?

Élodie : Non, le ferrailleur qui nous a découpé chaque marche nous avait bien conseillés sur comment les fixer. On a pas utilisé la même technique que les pros… mais ça a fonctionné quand même !

Escalier flottant dans la maison cubique

Le magnifique escalier flottant d’Élodie

Quelle est votre pièce préférée chez vous ? Pour quelle raison ?

Élodie : Je dirais la pièce de vie, avec le vide sur séjour. Le fait qu’elle soit en décroché, sa luminosité avec toutes les ouvertures… C’est un endroit où on se sent vraiment bien.

Salle de vie chez Elodie

Une pièce de vie lumineuse et spacieuse, dans une maison cubique

Quelles ont été vos inspirations en matière de construction, puis de décoration ?

Élodie : Pour la construction, c’est vraiment les maisons style californiennes. Pour l’intérieur, nous voulions un intérieur chaleureux, qui ne soit pas comme chez tout le monde et agréable à vivre. Du coup, nous avons pioché des idées un peu partout, une fois rassemblées ça donne notre intérieur !

Quels ont été les travaux les plus délicats ?

Élodie : La pose du parquet ! Elle nous a pris un temps fou et c’était un vrai casse-tête. Sans regrets aujourd’hui, mais sur le moment on en avait vraiment marre ! Il y avait parfois des décalages entre les lames, on devait tout recommencer.

Quels conseils ou astuces donneriez-vous aux personnes qui se lancent dans un projet d’auto-construction ?

Élodie : D’avoir beaucoup de patience, de la motivation et ne pas baisser les bras dans les mauvais jours. Comme je le disais, c’est parfois éprouvant. C’est un stress quotidien, mais la finalité est encore plus appréciable. Quand on emménage, on est fière d’avoir bossé pour avoir ce que l’on veut !

Imaginez-vous un jour construire une autre maison ?

Élodie : Oui bien sûr, c’est un de nos projets. On ne s’arrêtera pas à cette maison, même si on l’aime beaucoup !

Si vous deviez refaire une partie des travaux différemment, de quoi s’agirait-il ?

Élodie : Honnêtement nous n’avons aucun regret sur cette maison, je ne suis pas sûre que si c’était à refaire on ferait différemment.

Auriez-vous une anecdote de chantier à nous partager ?

Élodie : Oui ! Quand il a fallu monter la baignoire qui pèse 170 kilos à l’étage, en passant par les escaliers… On s’est dit que les escaliers lâcheraient avec le poids, c’était un gros stress. Des amis sont venus nous aider, mon mari avais renforcé l’escalier avec des étais. Ils étaient cinq à la porter avec des sangles… Gros coup de stress, mais au final c’est passé, l’escalier est toujours là !

Salle de bain dans la maison cubique

Salle de bain moderne d’Élodie (et sa fameuse baignoire !)

Et en voyant le superbe escalier d’Élodie et Jérémy, on comprend leur angoisse à abîmer une telle merveille ! Une chose est sûre : construire sa propre maison cubique n’est pas une aventure de tout repos. Mais l’expérience d’Élodie nous confirme que ce n’est pas un rêve impossible… à condition bien sûr d’être bien entourés et d’avoir de belles compétences en construction ! Le projet d’Élodie vous intéresse ? Nous vous invitons à suivre le compte Instagram de notre couple orléanais, dans lequel Élodie répond à de nombreuses questions sur son projet.

Encore un très grand merci à Élodie d’avoir joué à le jeu de l’interview et répondu à nos questions sur l’autoconstruction d’une maison moderne. En espérant que ses retours aient pu encourager d’autres couples à se lancer dans l’autoconstruction !