Pour supprimer entièrement les déperditions thermiques, il faut renforcer l’isolation de la toiture, celle des murs, des ouvertures et du sol. En plus de limiter les pertes énergétiques, l’isolation du sol contribue également à l’amélioration du confort. Vous éviterez ainsi les sensations de sol froid. Mais à combien s’élèvent les travaux d’isolation de sol et plancher ? Cet article vous répond.

Demandez gratuitement des devis pour vos travaux d’isolation des sols

Intérêts de l’isolation du sol

Dans l’ordre des priorités, l’isolation des combles et celle de la toiture sont les plus importantes. L’isolation du sol se retrouve au plus bas de l’échelle, Néanmoins, comme tous travaux d’isolation, l’isolation convenable du sol contribue à la lutte contre le gaspillage énergétique.

Plus de 7 % de la chaleur s’échappent par le sol

L’air chaud cherche continuellement à s’échapper. Si une partie importante s’échappe par la toiture, environ 7 % de la chaleur se dissipent au niveau du sol. L’isolation convenable du sol permet alors d’économiser entre 7 et 10 % de votre facture énergétique.

Info : 35 % de la chaleur s’échappent par le toit, 25 % par les murs et 25 % par les ouvertures, portes et fenêtres.

L’isolation du sol : pour lutter contre les remontées humides

Tout comme les êtres vivants, le sol terrestre transpire, en été comme en hiver. Pour éviter que cette humidité ne parvienne à l’intérieur de votre logement, il est impératif de disposer une couche d’isolation au niveau du plancher. Outre le fait de dégager une odeur désagréable, cette humidité favorise également la prolifération d’insectes, de champignons et de bactéries. Ainsi, l’isolation du sol protège autant la structure du bâtiment que la santé de ses occupants.

Techniques d’isolation du sol

Le plancher peut directement reposer sur terre-plein. Mais dans la plupart des cas, il se retrouvera au-dessus d’un vide sanitaire. La technique mise en œuvre différera en fonction de la configuration de votre maison.

Isolation de plancher sur terre-plein

Dans cette configuration, le plancher est directement posé sur le sol en terre-plein. La technique la plus simple pour isoler un plancher sur terre-plein reste l’association isolant/chape de béton. L’isolant peut être directement intégré dans le mortier ou disposer en dessous.

  • Chape isolante : le mortier est enrichi de billes de polyuréthane ou de polystyrène pour une application plus rapide et plus facile.
  • Chape avec panneaux isolants : le mortier recouvre une couche d’isolants en panneaux. Cette technique demande plus de temps et implique plus de travaux. En effet, les panneaux isolants doivent reposer sur un sol préalablement préparé et protégé éventuellement par un pare-vapeur.
  • Isolation de plancher sur lambourdes : c’est la solution idéale pour un sol en parquet reposant sur des lambourdes. On utilise, soit des panneaux rigides de polyuréthane, de polystyrène expansé, soit des isolants minéraux. Cette option empiète néanmoins sur la hauteur de la pièce.

Remarque : plus onéreuse, certes, l’isolation du sol avec panneaux reste la solution la plus efficace pour supprimer entièrement les ponts thermiques.

Isolation du plancher avec un vide sanitaire

Lorsque la configuration de la maison prévoit un vide sanitaire, l’isolation du plancher se fera par-dessous. Elle peut être réalisée de deux façons :

  • Isolation du plafond du vide sanitaire : cette solution peut être envisagée lorsque le vide sanitaire est suffisamment accessible. L’isolant est posé contre le plafond du vide sanitaire.
  • Isolation du sol du vide sanitaire : c’est la seule option lorsque le vide sanitaire n’est pas accessible. L’isolant est déposé directement sur le sol, généralement par projection. Retrouvez de plus amples informations relatives à l’isolation de vide sanitaire en cliquant ici.

Remarque : lorsque le sol est trop argileux, le vide sanitaire est obligatoire.

Prix de l’isolation du sol

Le prix dépend de la technique mise en œuvre, mais surtout des matériaux utilisés. Le coût s’avérera plus onéreux dans le cadre d’une rénovation qu’en construction. Heureusement, vous pouvez bénéficier de quelques subventions pour réaliser vos travaux.

Isolation de sol en construction

Prévoir l’isolation du sol lors de la construction facilite grandement les travaux. L’isolation sera installée avant la mise en place du revêtement.

  • Coulage de chape isolante : de 15 à 40 € le m², pose comprise.
  • Panneaux isolants : 3 à 20 € le m2 selon le type d’isolant et son épaisseur, prix hors pose. Les panneaux peuvent être utilisés en isolation en dessous ou au-dessus du sol.
  • Isolant en laine minérale : de 5 à 10 € le m2.

Libre à vous, par la suite, de choisir le revêtement qui vous convient. Vous pouvez poser un revêtement en bois de type parquet, revêtement en carrelage.

Conseil : profitez également de cette occasion pour installer un chauffage au sol qui s’insère en dessous de l’isolant.

Isolation du sol en rénovation

Les prix sus-indiqués s’appliquent en construction comme en rénovation. Néanmoins, dans le cadre d’une rénovation, il faudra tenir compte de la dépose de l’ancien revêtement. Comptez un surplus de 10 à 20 € du m2 pour le renforcement de l’isolation du sol dans le cadre d’une rénovation.

Recevez des devis gratuits pour vos travaux d’isolation

Aides et subventions

Les travaux d’isolation, favorisant l’économie d’énergie, bénéficient de coup de pouce de la part de l’État et diverses institutions nationales et locales. Parmi les aides auxquelles vous pouvez prétendre figurent :

  • Le crédit d’impôt : il s’agit d’une déduction d’impôt. 30 % du montant des travaux peuvent être déduits de l’impôt sur le revenu.
  • La prime énergie : c’est une forme de subvention financée par les fournisseurs d’énergie. Sur présentation d’un certificat d’économie d’énergie, vous pouvez obtenir le remboursement d’une partie des travaux.
  • Le PTZ : c’est un prêt à taux zéro subventionné par l’État. Il s’applique à tous travaux permettant d’améliorer la performance énergétique des bâtiments.
  • Les subventions de l’ANAH : c’est une aide réservée aux personnes et ménages à revenu modeste.

Ces aides peuvent être cumulées entre elles, permettant de couvrir entre 40 et 60 % des dépenses engagées dans les travaux d’isolation.

Condition : pour bénéficier de ces dispositifs, il est impératif de confier les travaux, fournitures et main d’œuvre, à un professionnel reconnu RGE.