Comment inclure les frais de notaire dans un prêt immobilier ?

Noter cet article

inclure les frais de notaire dans son prêt immobilier

prêt immobilier

Il serait dommage de négliger les frais de notaire lors de l’achat d’un bien immobilier. Et pour cause, les frais d’un notaire peuvent représenter plusieurs milliers d’euros. L’apport d’un bien immobilier permet d’ailleurs généralement de couvrir les frais du notaire. Mais peut-on inclure les frais d’un notaire dans son prêt immobilier ? Et si oui, comment faire financer les frais de notaire par la banque ?

Les frais de notaire lors de l’achat immobilier

Il est bon de garder à l’esprit que tout achat immobilier entraîne le paiement de frais de notaire, à la charge de l’acheteur.

Il est indispensable de solliciter l’intervention d’un notaire pour l’achat d’un bien immobilier :

  • Un notaire doit, en effet, procéder à l’inscription de l’hypothèque immobilière pour qu’elle soit valide.
  • Il doit également la constater dans un acte notarié authentique.
  • C’est le notaire qui débloque les fonds autorisés par le crédit immobilier, en assurant la régularité de la transaction.
  • L’intervention du notaire peut également garantir la conformité légale de l’hypothèque et de l’acte de vente. Ceux-ci seront alors plus difficiles à contester.
  • L’assistance du notaire est, en outre,indispensable pour la signature de la promesse de vente. Il peut procéder à la vérification des titres de propriété du bien que vous souhaitez acquérir, notamment les déclarations de copropriété, les servitudes et les hypothèques qui grèvent le bien, etc.

Pour faire simple, les frais de notaire sont obligatoires lors de tout achat immobilier, car l’intervention d’un notaire est une obligation légale (même lors d’une vente de particulier à particulier).

Que comprennent les frais de notaire ?

S’il est important de vérifier au cas par cas, on considère que les frais de notaire représentent aux alentours de 8 % de la valeur d’un bien (ils sont fixés par la loi). Cela correspond à 12 000 € pour un bien immobilier de 150 000 €, 16 000 € pour un bien de 200 000 € et 24 000 € pour une maison de 300 000 €.

Les frais de notaire englobent ses émoluments, mais également plusieurs postes de dépenses qu’il collecte pour le compte de différentes administrations.

Ainsi, on peut aussi citer :

  • Les droits de mutation,
  • Les émoluments de formalités,
  • Les frais d’actes divers,
  • Et la contribution de sécurité immobilière.

Les frais de notaire sont versés au moment de la signature de l’acte de vente définitif. Toutefois, le notaire peut demander des provisions pour réaliser les formalités diverses que la vente immobilière peut impliquer.

Le prêt à 110 % pour acheter sans apport

En théorie, les frais de notaire sont financés par l’apport de l’acquéreur. Voilà pourquoi les agents immobiliers et propriétaires vendeurs exigent généralement un apport correspondant à 8 % du montant du bien immobilier. Néanmoins, lors d’un achat immobilier sans apport, il faut tout de même parvenir à les financer…

Il est possible d’inclure les frais de notaire dans un prêt immobilier en demandant un prêt à 110 %. En effet, le prêt à 110 % (ou emprunt sans apport) concerne essentiellement trois catégories d’emprunteurs dont :

  • Les jeunes qui sont entrés récemment dans la vie active et qui n’ont pas encore d’apport.
  • Les particuliers qui disposent d’une épargne solide.
  • Les investisseurs dans l’immobilier locatif.

Vous avez des chances de décrocher un prêt à 110 % si vous entrez dans l’un de ces profils d’emprunteurs.

Comment financer les frais de notaire par un prêt immobilier ?

Néanmoins, il existe d’autres options que le prêt à 110 % pour inclure les frais de notaire dans son prêt immobilier. Voici quelques conseils pour réussir à acheter une maison sans apport :

Présenter un dossier solide

Pour pouvoir inclure les frais de notaire dans un prêt immobilier, et ainsi espérer un prêt à 110 %, il faut que votre dossier soit solide.

Il faudra ainsi démontrer à la banque votre sérieux, votre volonté et votre implication. Vous devez donc réunir au préalable toutes les pièces requises par la banque : :

  • Relevés de compte,
  • Bulletins de salaire,
  • Avis d’imposition, etc.

Il faut également joindre à votre dossier les documents relatifs à vos placements. Ceux-ci peuvent, en effet, rassurer la banque sur votre capacité à épargner et à améliorer significativement votre dossier de prêt.

À savoir : si votre dossier est limite, il sera très difficile d’obtenir un prêt à 110 %. Et pour cause, l’apport lors d’un achat immobilier est aussi une preuve de votre capacité d’épargne, et donc de votre capacité à rembourser vos mensualités.

Exposer les bons arguments

Il est également possible de présenter de bons arguments pour convaincre la banque.

En effet, les banquiers n’accordent des prêts qu’aux emprunteurs qui sont en mesure de les rembourser.

Vous devez donc montrer au banquier que vous gérez efficacement vos finances personnelles, notamment en n’ayant jamais de compte à découvert.

Vous devez donc avoir une situation financière saine et ne pas avoir d’incidents de paiement.

Faire jouer la concurrence

Vous pouvez également consulter plusieurs banques et les mettre en concurrence avant de souscrire un crédit immobilier.

Cela vous permettra de comparer les différentes offres de prêts ainsi que les taux qu’elles proposent avant de choisir celle qui vous convient.

Sachez qu’un prêt immobilier n’est pas un acte anodin. Votre dossier est scrupuleusement étudié par la banque avant qu’elle ne vous accorde votre prêt. Il est ainsi primordial de bien vous préparer pour cela.