A quoi ressemblera la maison du futur ? C’est la question que se posent de nombreux architectes et professionnels du bâtiment. On imagine ainsi facilement une maison du futur écologique et qui s’intègre peut-être mieux à son environnement. On peut aussi s’imaginer un logement futuriste et tout équipé, grâce à l’évolution de la domotique. Ou pourquoi pas une maison du futur sur l’eau, pour les plus imaginatifs. Alors, comment sera la maison du futur ? C’est la question que notre équipe se pose aujourd’hui…

Comment sera la maison du futur ?

S’interroger sur la maison du futur est essentiel pour les architectes et spécialistes du BTP. Et pour cause, réfléchir à la maison de demain permet de mieux orienter la Recherche & Développement, et d’anticiper les futures évolutions du domaine du bâtiment.

Mais il est évident qu’imaginer la maison du futur ne peut se faire que sur des suppositions. On peut imaginer une maison futuriste, digne des films de science-fiction, tout comme on peut imaginer une maison du futur écologique, à l’instar de la maison passive (voire de la maison positive) qui s’avère incontournable du domaine de la construction dans les années à venir.

Faisons le tour des principales hypothèses qui peuvent aider à dessiner la maison de demain.

Maison du futur : quelques scénarios possibles

Pour savoir comment sera la maison du futur, il est intéressant de s’informer sur les dernières avancées en matière de construction de maison, mais aussi sur les tendances du bâtiment en règle générale. Faisons le tour des différents types de maisons du futur, en fonction des principales tendances d’architecture et de construction.

La maison domotique du futur

Quand on parle de la maison du futur, il est assez tentant de se tourner vers la maison domotique. La domotique consiste à automatiser et à informatiser les bâtiments. La maison domotique de demain est une maison qui vous obéit au doigt et à l’œil, grâce à internet, à l’informatique et à l’automatisation. À l’instar des évolutions comme Google Home ou Alexa, vous pourrez peut-être parler à la maison du futur… et elle pourrait même vous répondre !

Au programme, on peut imaginer :

  • Une ouverture automatique des portes, des volets et fenêtres.
  • Un ajustement automatique de la luminosité, en fonction de vos besoins ou de la période du moment.
  • Une maison grouillante d’objets connectés : luminaires, radio, frigidaire, appareils de cuisson, etc.
  • Un chauffage qui s’adapte aux conditions climatiques, et cherche à optimiser la température intérieure.
  • Des systèmes de sécurité performants, capables d’alerter rapidement les autorités en cas d’effraction.

Cette maison intelligente du futur se fonde avant tout sur la technologie et sur le confort. Les plus audacieux l’imagineront peut-être peuplée d’androïdes de service, qui pourraient prendre en charge le ménage ou la cuisine !

Dans les faits, si le marché de la domotique est en pleine croissance (avec de plus en plus d’objets connectés dans les maisons françaises), la maison connectée (ou Smart Home) reste encore assez rare. Mais il est clair que la domotique risque d’avoir une présence forte dans la maison de demain.

Photo de maison du futur automatisée, qui utilise les énergies renouvelables et la technologie domotique.

La maison du futur écologique

Si la technologie est particulièrement présente dans l’esprit collectif, quand on parle de maison de demain, il ne faut pas oublier que l’écologie est également un facteur très important dans l’évolution du BTP. Dans un monde touché par la pénurie de matériau et de ressources, le caractère écologique de la construction pourrait devenir une priorité… bien avant la nécessité du high-tech et du confort technologie.

La maison écologique du futur pourrait adopter les caractéristiques suivantes :

  • Il s’agit d’une maison passive, capable de produire au moins autant d’énergie qu’elle en consomme. On pourrait même imaginer une maison sans chauffage ni climatisation grâce à une isolation optimale et à une utilisation des énergies renouvelables. Mieux encore que la maison passive ? La maison positive, qui produit plus d’énergie qu’elle en consomme !
  • La maison est conçue avec des matériaux locaux et respectueux de l’environnement. On imagine l’utilisation de bois ou de minéraux locaux, et de matériaux biosourcés et renouvelables. L’utilisation d’une toiture végétale et de nombreuses plantes est également fort possible.
  • Elle est bien intégrée à son environnement, et tire le meilleur parti possible des ressources naturelles (photovoltaïque, éolienne, bonne exposition au soleil, récupération de l’eau de pluie, etc.).

La maison du futur, plutôt que d’être entièrement froide et technologique, pourrait chercher à se rapprocher davantage de la nature.

Maison du futur écologique

Photo d’une maison du futur écologique, conçue à partir de matériaux biosourcés.

La maison du futur sur l’eau

Certains architectes vont plus loin encore en imaginant une maison du futur sur l’eau. Face à la possible montée des eaux due au réchauffement climatique, on imagine des habitats flottants, capables de s’adapter à un monde immergé !

Il faut dire que la maison du futur sur l’eau peut répondre à différentes problématiques actuelles :

  • Une maison sur l’eau peut résister aux inondations, grâce à sa capacité à flotter.
  • Construire des maisons sur l’eau permet d’occuper de nouveaux espaces, alors que le prix d’un terrain constructible ne cesse de grimper.
  • Les maisons flottantes pourraient facilement se déplacer. On pourrait ainsi imaginer des villes capables de se déplacer en fonction des saisons, à l’image des oiseaux migrateurs.

Des architectes se sont déjà intéressés à ce concept de maison sur l’eau. C’est par exemple le cas de Pierpaolo Lazzarini, qui a imaginé une ville du futur, flottant sur l’eau. Présentée dans la vidéo ci-dessous, cette dernière serait entièrement autonome, capable de fonctionner à l’énergie solaire et de désaliniser l’eau de mer:

La maison du futur : un logement collectif ?

Il serait dommage de parler de l’habitat du futur sans mentionner le logement collectif. Et pour cause, à l’heure où la population urbaine ne cesse de se densifier, on imagine bien que le logement de demain sera un logement collectif pour de nombreux citoyens.

L’immeuble du futur partagera les mêmes enjeux que le logement individuel :

  • Le bâtiment devra être parfaitement isolé et ventilé.
  • Il s’agira d’un bâtiment autonome, capable de produire de l’énergie, de l’eau, voire de l’alimentation.
  • Cet immeuble de demain devra être construit facilement, à partir de matériaux locaux.

Le collectif est finalement tout à fait pertinent dans le cadre des enjeux écologiques de la construction. Les panneaux photovoltaïques, par exemple, seront nettement plus efficaces à l’échelle d’un immeuble qu’au niveau d’un logement individuel. Par ailleurs, l’immeuble collectif permet de mettre en commun la chaleur et d’optimiser l’énergie utilisée.

On pourrait alors imaginer des projets de forêts verticales, comme le Bosco Verticale de Milan, un projet immobilier conçu en 2014 qui rassemble plus de 20 000 plantes sur deux immeubles, pour créer un poumon de verdure en plein Milan… mais pourquoi pas en remplaçant les arbres par des potagers, capables de nourrir les occupants du logement !

Bosco Verticale Milan

Le Bosco Verticale de Milan est peut-être déjà un exemple de l’habitat du futur.

À quoi ressemblera la maison du futur proche ?

Avant d’imaginer une maison du futur sur l’eau ou pourquoi pas dans les airs, il est intéressant de s’intéresser à la maison du futur proche. Si vous envisagez de faire construire et que vous rêvez d’une maison du futur, renseignez-vous sur les dernières tendances de construction.

Pour réfléchir plus en avant à la maison du futur, nous vous invitons à consulter la vidéo ci-dessous, qui reprend les avis de plusieurs professionnels du bâtiment et de l’habitat :

Globalement, la maison du futur a toutes les chances de rassembler les caractéristiques suivantes :

  • Il s’agit d’une maison positive : la maison du futur va certainement produire plus d’énergie qu’elle en consomme, par exemple grâce à des panneaux solaires mais aussi et surtout grâce à une isolation optimale et à l’utilisation de matériaux capables de retenir la chaleur par inertie. Cette maison a des murs épais et s’avère parfaitement isolée à l’eau et à l’air. Elle est également équipée d’un système de ventilation performant, qui assure la bonne circulation de l’air intérieur
  • La maison du futur est autonome : en complément de la maison passive, on peut imaginer une maison du futur centrée sur l’autonomie alimentaire et énergétique. La maison du futur sera peut être livrée avec une serre, pour produire des légumes, et sera équipée de récupérateurs d’eau de pluie.
  • C’est une maison connectée : l’utilisation de domotique de maison pourra s’avérer indispensable dans la maison du futur. Il ne s’agira pas tant d’accorder un confort futuriste à ses habitants, mais peut être plus d’utiliser l’intelligence artificielle pour optimiser au maximum le chauffage, la ventilation et la consommation énergétique du logement.
  • Elle est conçue en matériaux locaux et biosourcés : une maison du futur sera composée de matériaux locaux et renouvelables. On peut notamment l’imaginer à base de terre crue, de pierre sèche ou encore de bois. Cela ne vous paraît pas cohérent avec la maison positive du futur ? Et pourtant, les maisons en terre crue de nos ancêtres (qui rappelons-le n’avaient pas les technologies de chauffage actuelles) sont réputées comme bien mieux isolées à l’air et à l’eau que certaines constructions des dernières décennies.
  • Le prix de la maison du futur est élevé : force est d’imaginer que le prix de construction d’une maison du futur sera plus élevé, notamment à cause du choix des matériaux et des équipements. Néanmoins, son coût d’usage sera quasi nul. On pourrait en effet imaginer des maisons du futur totalement autonomes en énergie, et donc gratuites à réchauffer.

Si cette maison du futur risque prochainement de voir le jour en France, ce sera notamment grâce aux réglementations. Des réglementations comme la RE 2020 forcent en effet à la construction de maison de plus en plus écologiques et économes en énergie. On pourrait ainsi imaginer une RE 2040 qui imposent également l’utilisation de matériaux locaux et biosourcés comme nouveaux critères indispensables de la construction neuve.

Mais tout cela… seul l’avenir nous le dira !