Vous désirez rénover l’isolation de votre habitat ou booster la valeur de votre bien immobilier en effectuant une rénovation énergétique ? Cet article est fait pour vous.

Rénovation énergétique : les différents types de travaux

Avant de vous lancer dans la rénovation de votre bien immobilier, il est nécessaire que vous réalisiez un état des lieux des travaux à effectuer. Si vous achetez le bien, vous avez la possibilité d’inclure le montant des travaux à votre prêt immobilier si le montant est inférieur ou égal à 10% du prix du bien. Pour estimer le montant que vous pourrez inclure, vous pouvez aller faire un tour sur le site de Pretto afin de faire des simulations en ligne. Expert du marché, ce courtier immobilier saura répondre à vos attentes.

Après avoir fait une estimation de la rentabilité des travaux, vous saurez quels aménagements sont prioritaires. Des aides financières sont également disponibles afin de vous assister dans la rénovation énergétique de votre logement.

L’isolation du logement

L’isolation de votre logement est primordiale. Pour vous aider à savoir quels éléments rénover en premier, vous pouvez vous fier aux services d’un expert.

Notez par exemple que l’isolation des planchers et des fenêtres vient toujours après l’isolation des toitures, des combles et des murs.

L’optimisation du système de chauffage

Une fois les travaux d’isolation effectués, vous pouvez penser à améliorer le système de chauffage de votre logement.

Tout d’abord, inspectez les équipements de chauffage que vous avez à votre disposition. Ensuite, remplacez ce qui doit être remplacé, à l’instar des radiateurs classiques par des radiateurs à chaleur douce, qui sont plus efficaces.

N’hésitez pas à remplacer l’ancienne chaudière, très consommatrice en énergie, par une nouvelle chaudière à basse température ou à condensation individuelle.

L’amélioration du système de ventilation

Un système de ventilation fonctionnel garantit le confort et l’hygiène dans votre habitat et permet d’éviter d’endommager votre bien. D’autant plus que les dégradations liées à l’humidité et à la condensation peuvent vous coûter cher.

Il peut être plus rentable d’investir dans une installation de ventilation plus coûteuse, mais performante. En effet, cela vous permettra de faire des économies sur le long terme.

L’utilisation d’énergies renouvelables

L’installation d’énergies renouvelables est une excellente idée pour la rénovation énergétique de votre logement. Voici ce que vous pouvez envisager :

En plus de consommer votre propre énergie, vous pouvez aussi revendre l’excédent pour un retour sur investissement plus rapide.

L’installation des systèmes de régulation

Un système de régulation qui permet de gérer votre consommation vous permet d’optimiser vos dépenses en énergie.

Vous pouvez par exemple penser à installer une sonde thermique à l’extérieur de votre logement pour automatiser votre système de chauffage.

Ou bien, pourquoi ne pas opter pour un robinet thermostatique pour contrôler le débit d’eau utilisé pour les radiateurs ?

D’autres installations telles que le programmateur d’intermittence vous permettent de gérer et d’économiser votre énergie lorsque vous n’êtes pas chez vous.

Le prix d’une rénovation énergétique

Il n’est pas facile d’estimer les coûts des travaux de rénovation énergétique. L’idéal est de demander un devis auprès d’un professionnel pour des chiffres plus fiables. Les montants ci-dessous sont utilisés à titre indicatif.

Le coût de l’isolation de votre bien immobilier

L’isolation de votre logement reste la priorité en matière de rénovation énergétique.

L’idéal serait de commencer par les toitures et les combles (par épandage ou par soufflage). Prévoyez entre 18 € et 53 € le mètre carré, tous matériaux confondus.

Pour isoler vos murs, comptez 60 €/m² une isolation par l’intérieur. Si vous voulez procéder par l’extérieur, comptez 161 €/m². Notez toutefois que l’isolation par l’extérieur est plus efficace et plus rentable.

Quant aux fenêtres, les coûts dépendent du type de vitrage. Vous devez prévoir un budget de 500 à 1 500 €.

Combien pour rénover vos équipements ?

Le prix d’une mise à niveau des équipements de chauffage peut vite augmenter. Voici des exemples de coûts pour vous aider à préparer votre budget :

  • Un chauffe-eau = environ 3 000 €.
  • Un insert de cheminée = de 3 000€ à 7 000 €.
  • Une chaudière = entre 3 000 € (gaz) et 10 000€ (fioul).
  • Un radiateur = entre 50 € et 1 000 € (à eau)/ entre 100 € et 1 200 € (électrique).

Pour baisser votre consommation en électricité, vous pouvez aussi mettre à niveau votre réseau électrique.

Les dépenses pour l’énergie renouvelable

Opter pour une énergie renouvelable peut vous coûter un peu cher au début (mais c’est intéressant sur la durée) :

  • Une pompe à chaleur = entre 6 000€ et 20 000 € (aérothermique) / entre 20 000 € à 40 000 € (géothermique).
  • Des panneaux photovoltaïques= environ 1 000 €/m² selon la puissance désirée.
  • Un poêle à bois= 3 000 € à 7 000 €. Ce dernier est sans doute le plus rentable. Les éoliennes et énergies hydrauliques sont plus onéreuses.

Rénovation énergétique : les différentes aides financières

Pour bénéficier d’une réduction de 5,5% sur votre taux de TVA, faites appel à un artisan RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Les aides financières suivantes vous permettent de réduire vos dépenses (renseignez-vous sur les conditions liées à chacune de ces aides financières) :

  • L’éco-prêt à taux zéro : 30 000€ pour la rénovation énergétique de votre logement par un artisan RGE.
  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE : réduit vos impôts à -30% des dépenses relatives aux travaux réalisés par un professionnel RGE. Le plafond par foyer s’élève à 16 000 € et le montant par personne à charge est de 400 €.
  • Le dispositif des certificats d’économies d’énergies ou CEE : une aide (de la part des fournisseurs d’énergies) s’élevant à 20 % du coût des travaux réalisés par un RGE.
  • « Habiter mieux » : une aide financière de 10 000 € (maximum) + une prime d’État de 1 600 € à 2 000 € si la rénovation optimise d’au moins 25% la performance énergétique de votre bien immobilier.