En janvier dernier, Amazon a annoncé la création d’un fond de 2 milliards de dollars pour la création et la préservation de logements aux Etats-Unis. Une nouvelle qui a eu son petit impact sur le marché immobilier américain. Combien des logements Amazon vont être créés ? Dans quel but ? Qui seront les bénéficiaires de ces logements ? Où seront situés les logements Amazon ? Cette page fait le point sur la nouvelle politique immobilière d’Amazon, et sur ses éventuels impacts dans le futur.

L’impact d’Amazon sur le marché immobilier américain

En 2019, Amazon s’est installé à Arlington (en Virginie), Nashville (dans le Tennessee), ainsi qu’à Pudget Sound (dans le banlieue de la capitale des Etats-Unis, Washington). Les habitants de différentes régions se sont alors inquiétés pour les prix de l’immobilier, qui ont rapidement grimpé suite à l’arrivée des trois sièges sociaux de l’entreprise américaine.

En cause ? L’arrivée d’Amazon dans ces villes souvent de banlieue fait arriver des milliers et des milliers de salariés sur le marché immobilier, faisant mécaniquement grimper les prix, en même temps que la demande. L’impact peut cependant s’avérer désastreux pour les locataires non liés à Amazon, qui voient le coût des loyers augmenter… sans aucun impact sur leur salaire !

Pour contrer cet effet imprévisible de l’arrivée d’Amazon dans ces différentes villes américaines, Jeff Bezos, patron d’Amazon, a décidé créer le « Housing Equity Fund » ou le fond pour le logement. Il s’agit d’un fond de 2 milliards de dollars, destiné à la création et la préservation des logements dans les alentours des différents sièges de la marque au sourire, aux Etats-Unis.

Le fond fait partie de l’engament Amazon. Le but est la création de logements à prix abordables pour les familles aux ressources les plus modestes.  De plus, ces logements devront avoir un accès facile aux services, commerces mais aussi au lieu de travail des familles.

Qui seront les bénéficiaires de la subvention d’Amazon ?

Il est indéniable que les prix de l’immobilier ont grimpé depuis la création de sièges Amazon dans les alentours de Washington. En conséquence, Amazon s’est engagé pour contrôler l’évolution des prix de l’immobilier dans les villes dans lesquelles l’entreprise s’implante. Le fond de 2 milliards de dollars sera donné en forme des subventions et des prêts. De plus, différentes associations d’aide au logement, des agences publiques et des organisations dirigées par des minorités vont recevoir 125 millions de dollars en espèces.

Amazon propose à ces organisations de construire des solutions plus inclusives à la crise de logement, qui affecte en majeure partie les communautés de couleur.

Cette aide d’Amazon est ciblée pour les foyers qui gagnent entre 30 et 80 % du revenu moyen. Ceci représente environ 79 000 dollars par an, pour une famille de 4 personnes. Des associations spécialisées vont par ailleurs bénéficier de ce fond pour placer des populations fragiles dans des logements à loyer abordable.

Le « Washington Housing Conservancy »

L’une des œuvres de charité bénéficiaires de l’aide au logement d’Amazon n’est autre que la « Washington Housing Conservancy », une organisation à but non lucratif qui vise à défendre la préservation des logements abordables pour les familles aux revenus moyens, voire faibles, dans la région de Washington.

Amazon propose non moins de 339,9 millions de dollars en subventions et prêts immobiliers à des taux plus faibles que ceux des banques, et 42 millions de dollars de dons. Sur son site internet, Amazon explique qu’environ 14 000 logements privés ont disparu depuis 2020, et que la valeur de l’immobilier a augmenté de 20 % entre 2010 et 2018, dans les quartiers proches des sièges d’Amazon.

Le « King County Housing Conservancy »

Toujours grâce à Amazon, l’organisation « King County Housing Conservancy » fournit à plus de 55 000 familles des logements à prix accessibles. Pour l’organisation, Amazon a créé un fond de 161,5 millions dollars de prêts immobiliers à taux avantageux, et 24 millions de dollars en subventions pour la préservation de jusqu’à 1000 logements dédiés aux foyers à revenus moyens.

Sur les 10 dernières années, King County a annoncé la construction de 67 000 logements destinés aux foyers médians… Néanmoins, la commune a perdu plus de 112 000 logements accessibles aux foyers à revenus médians (plus de 40 % de logements disparus). Ces chiffres montrent donc l’ampleur de la crise immobilière pour les populations les plus pauvres.

L’engagement d’Amazon avec la communauté française

Voir la firme américaine s’engager auprès d’associations n’a rien de neuf, et nous voyons d’ailleurs le même comportement en France.

Les dons d’Amazon en France

En effet, dans l’hexagone, Amazon soutient notamment les Restos du Cœur. Il est bien connu que l’association Restos du Cœur s’occupe de l’aide alimentaire, mais l’association accompagne aussi les populations vulnérables à la réinsertion professionnelle. Selon son site français, Amazon soutient cette activité en offrant des centaines d’ordinateurs, pour faciliter notamment la recherche d’emploi aux populations vulnérables.

En outre, pendant la crise sanitaire du Covid19, Amazon a fait un don de 3,5 millions d’euros à des organisations humanitaires en France. Grâce à ce don, la croix rouge française a pu bénéficier de 2,5 millions d’euros. Selon le communiqué, Amazon fait également partie de l’ensemble de sites internet en Europe qui ont intégré un bouton d’appel aux dons.

Vers un fond pour le logement d’Amazon en France ?

Pour l’instant, Amazon n’a pas parlé des fonds pour le logement en France. Mais il faut dire que les différents entrepôts Amazon en France sont loin d’avoir eu un tel impact sur le marché immobilier que ce ne fut le cas aux Etats-Unis.

La raison est peut-être finalement assez simple : alors que les sièges sociaux d’Amazon recrutent notamment des cadres, les différents entrepôts d’Amazon en France recrutent avant tout de la main d’oeuvre non qualifiée, et ne participent donc pas à la hausse des salaires, ni à la hausse du coût des loyers qui peut en résulter.

L’occasion de rappeler que les entrepôts Amazon sont loin de faire l’unanimité en France, comme le rappelle récemment un dossier de Capital. Il faut dire que derrière la façade charitable de l’entreprise américaine se cache un organisme spécialisé dans la défiscalisation à grande échelle, et dont les conditions de travail ne sont pas toujours évoquées en bien…