Parmi tous les matériaux utilisés en isolation, la ouate de cellulose est considérée comme la plus écologique. Son processus de fabrication consomme peu d’énergie et de matières premières. Son prix reste aussi dans une bonne moyenne. Concernant son efficacité, elle est incontestable. Beaucoup la considère tout simplement comme l’isolant idéal et parfait.

Demandez gratuitement des devis pour vos travaux d’isolation

La ouate de cellulose : c’est quoi ?

La cellulose désigne la membrane des cellules végétales, celle utilisée pour la fabrication du papier. En isolation, on n’utilise plus de cellulose de bois, mais de la ouate de cellulose, un produit issu du recyclage de papier.

La ouate de cellulose se fabrique ainsi principalement à partir de papier non couché. Le papier, une fois décomposé, reçoit ensuite des adjuvants destinés à accroître sa résistance. La ouate de cellulose se compose donc :

  • De papier recyclable : de type papier journal ou carton,
  • D’adjuvant destiné à réduire la sensibilité de la cellulose au feu et à l’humidité,
  • Du polyester servant de liant pour les plaques de ouate de cellulose.

L’adjuvant traditionnellement utilisé est le sel de bore. Toutefois, depuis 2012, à cause des controverses autour de ce produit considéré toxique, le sel de bore a été progressivement remplacé. Aujourd’hui, les fabricants recourent davantage à du phosphate d’ammonium.

Remarque : malgré ses propriétés hydrophiles, l’installation d’un pare-vapeur reste nécessaire pour protéger la ouate de cellulose.

La ouate de cellulose : quelle efficacité ?

Les propriétés isolantes d’un matériau s’évaluent à travers deux critères : sa conductivité thermique et sa résistance thermique.

Un lambda maximal de 0,042 W/m.K

Comme tous les isolants naturels, la ouate de cellulose présente une conductivité thermique appréciable. Celle-ci est comprise entre 0,038 et 0,042W/m.K. Rappelons que plus la valeur lambda est faible, mieux est l’isolation obtenue. Le tableau ci-dessous compare plus aisément la conductivité thermique de différents matériaux isolants :

Type d’isolant

Conductivité thermique

(W/m.K)

Laine de mouton

0,035 à 0,045

Laine de chanvre

0,039 à 0,060

Laine de bois

0,036 à 0,046

Laine de verre

0.032 à 0.046

Polystyrène expansé

0,022 à 0,028

Polyuréthane

0,027 à 0,040

Ouate de cellulose

0,038 à 0,042

Remarque : il est vrai que la ouate de cellulose affiche une valeur lambda plus faible que le polyuréthane ou le polystyrène, à découvrir notamment en cliquant ici. Toutefois, la ouate de cellulose compense par une énergie grise pratiquement insignifiante de 50 kWh/m3 contre 795 et 974 kWh/m3 pour les deux autres.

Une résistance thermique élevée pour une épaisseur modérée

Les qualités isolantes d’un matériau s’évalue ensuite à travers sa résistance thermique. Celle-ci est généralement fonction de l’épaisseur du matériau. Sur ce point, la ouate de cellulose affiche des performances particulièrement intéressantes, sans nécessairement recourir à une épaisseur importante. Pour des combles perdus, la norme RT2012 fixe une résistance thermique minimum de 7 m².K/W. Il suffit d’une couche de 27 cm de ouate de cellulose pour atteindre cet objectif.

La ouate de cellulose : quel usage ?

La ouate de cellulose se décline en flocon à souffler, idéale pour l’isolation de combles perdus. Mais la ouate de cellulose se présente également sous forme de panneau souple pour l’isolation de rampants de toiture et de murs.

Ouate de cellulose soufflée pour l’isolation des combles perdus

La ouate de cellulose en vrac est idéale pour l’isolation des combles perdus. Elle se conditionne en sac de 10 à 15 kg. Le procédé consiste à souffler la ouate de cellulose sur le sol du comble perdu à l’aide d’une machine. Il faut entre 27 et 30 cm pour atteindre la résistance thermique de 7 m².K/W imposée par la législation en vigueur.

Les panneaux de ouate de cellulose pour rampants et murs

Grâce à sa souplesse, le panneau de ouate de cellulose s’adapte aisément aux rampants de toiture. Il est également utilisé pour garnir les murs :

  • Pour les rampants : panneau de 24 cm pour atteindre la résistance thermique minimum de 6 m².K/W,
  • Pour les murs : panneau de 14,5 cm pour atteindre la résistance thermique minimum de 3,7 m².K/W.

Remarque : il reste également possible d’isoler rampants et murs avec de la ouate de cellulose en vrac. Elle sera projetée sous forme humide ou insufflée dans des caissons.

Recevez des devis gratuits pour votre isolation

La ouate de cellulose : quel prix ?

Le prix de la ouate de cellulose dépend de ses caractéristiques intrinsèques. Mais le prix diffère essentiellement en fonction de sa forme, en vrac ou en panneau.

Prix de la ouate de cellulose en vrac

Conditionné dans des sacs de 10 à 15 kg, le prix dépend de la valeur de la conductivité thermique du produit :

  • Sac de 10 kg, λ de 0,042 W/m.K : de 7 à 12 €,
  • Sac de 12,5 kg, λ de 0,040 W/m.K : de 9 à 15 €,
  • Sac de 15 kg, λ de 0,036 W/m.K : de 15 à 20 €.

Remarque : pour atteindre une épaisseur de 30 cm sur 1 m2, il faut environ 10 kg de ouate de cellulose.

Prix des panneaux de ouate de cellulose

Le prix des panneaux de ouate de cellulose dépend de ses caractéristiques dimensionnelles, longueur, largeur et épaisseur. La majorité des panneaux font 1,22 m x 0,6 m, soit une surface de 0,73 m2. L’épaisseur, quant à elle, va de 45 mm à 140 mm.

 

Épaisseur du panneau

(en mm)

Valeur de la résistance thermique

(m².K/W)

Prix au m²

45

1,12

7 à 10 €

60

1,5

10 à 15 €

80

2

12 à 17 €

100

2,5

15 à 25 €

120

3

20 à 30 €

140

3,5

25 à 35 €

Conseil : pour atteindre les valeurs prescrites par la RT2012, il est nécessaire de superposer plusieurs couches. On conseille une disposition croisée afin de réduire au minimum les ponts thermiques.

La ouate de cellulose affiche un excellent rapport qualité/prix. Mais en plus d’être un excellent isolant thermique, la ouate de cellulose constitue également un bon matériau d’isolation phonique.